1261 Views |  Like

Interview Elisabeth Vidal, designer

Originaire de Montpellier, diplômée de l’Ecole Supérieure de Design Industriel à Paris, Elisabeth Vidal rejoint la Domus Academy de Milan en 1990 où elle obtient son Master. En 1993 elle intègre TNO Innovation for Life, à Delft, aux Pays-Bas où elle travaille sur des projets liés au monde agricole. De retour à Milan en 1994, elle collabore avec deux agences Susani&Trimarchi (design de l’art de la table) et Isao Hosoe Design (domaines de l’espace de travail et du voyage). En 1998, elle crée son agence à Milan, spécialisée dans le design de l’objet et de son contexte commercial et en 2010 s’installe sur Montpellier. Elisabeth Vidal est impliquée dans l’Association Indigo d’Oc pour la promotion du design dans la région et anime des ateliers pédagogiques dans différents centres de formation. Rencontre avec un designer inspirée.

IU : Pourquoi vous êtes-vous « spécialisée » dans l’objet ?

Elisabeth Vidal : Cela s’est fait de façon tout à fait naturelle. D’une part les notions d’espace et de relation entre les choses ont toujours beaucoup compté dans ma vie et dans mon expression plastique. D’autre part je suis très sensible à notre langage gestuel quotidien en relation aux objets. La valeur d’usage, la perception sensorielle, la qualité communicative, l’intégration de l’objet dans un ou divers univers, sa capacité à sublimer un savoir-faire, une marque, sont les questionnements qui guident ma recherche.

Set de couverts Bugatti Elisabeth Vidal

Couverts Vidal en acier, forgés en Asie et polis en Italie. Reprise d’un code esthétique fortement ancré dans la mémoire collective, celui du classique couvert « baguette ». Photo © Greg Alric

IU : Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Elisabeth Vidal : Actuellement je travaille sur l’ameublement d’une grande pharmacie offrant déjà un univers très singulier de par l’aspect domestique et chaleureux de son intérieur. Je travaille aussi sur des projets liés à l’art de la table avec des entreprises artisanales japonaises, dans l’objectif de créer des gammes de produits adaptées au marché occidental à partir de savoir-faire ancestraux, typiquement japonais.

IU : Votre travail se tourne aussi vers l’artisanat pouvez-vous nous en parler ?

Elisabeth Vidal : Oui, depuis mon retour en France, des opportunités m’ont rapproché de la production artisanale. J’ai pu travailler ces dernières années sur deux filières territoriales : celle du cuir dans le territoire de Millau Grands Causses, celle de l’ébénisterie, aussi en région Midi-Pyrénées. Dans ce cadre-là, l’objet devant avant tout valoriser l’identité d’un savoir-faire, ma collaboration avec les artisans est rythmée de séances de co-design.

Set de vase céramique sur socle bois Elisabeth Vidal designer

Izami, set composé de 7 vases en porcelaine à macro-cristaux sur socle en noyer. Hommage à la déesse japonaise Izanami qui représente le cycle éternel de la vie et de la nature.
Réalisés par deux tourneurs des Grands Causses. Photo © Greg Alric.

IU : Quels sont vos sujets d’étude préférés ?

Elisabeth Vidal : J’aime aborder des sujets toujours différents. Je me considère comme une généraliste du design. C’est mon regard neuf sur chaque nouvelle étude qui me permet de « titiller » au mieux les frontières du possible et de créer des liens entre différents univers.

IU : Quels sont vos matériaux préférés ?

Elisabeth Vidal : J’aime travailler à partir de technologies destinées aux matériaux malléables comme le verre, la céramique, les matières plastiques, les métaux. Je suis attirée par les matières souples en feuilles aussi, que ce soit le cuir, le textile, ou de nouveaux matériaux tels le bois souple.

Cloche à fromage Elisabeth Vidal designer

Cloche à fromage de la collection Bolli. En acrylique et porcelaine, elle répond aux exigences d’encombrement du réfrigérateur et s’intègre avec élégance sur la table. Photo © Gerardo Pizzocari

IU : Quel est le projet que vous auriez rêvé de faire ?

Elisabeth Vidal : Dessiner des objets qui se mangent, comme des gâteaux. Pourquoi ? Par gourmandise, sans doute, mais aussi parce que j’aime travailler sur le cycle de vie des objets. Tous les acteurs de l’innovation en matière de production devraient s’interroger davantage sur leur caractère « consommable ».

IU : Avez-vous une méthode de travail habituelle ?

Elisabeth Vidal : Comme en cuisine, le choix des ingrédients est important. Après un premier échange avec le commanditaire, l’analyse du savoir-faire, de la marque à sublimer, du marché visé, du contexte, de contraintes, … tous ces éléments vont permettre de bien ficeler le cahier des charges. Une fois cette base de travail validée, je travaille sur des scénarios d’usages pour générer différents concepts. Une séance de travail avec le commanditaire permet ensuite de définir une direction. Celle-ci sera développée pour arriver à une proposition finale. J’accompagne le processus de développement jusqu’à la mise sur le marché du produit.

Set café Elisabeth Vidal designer

Espresso, set à café. Pour sublimer l’instant de l’expresso, un exercice de soustraction du classique service à café. Photo © Gerardo Pizzocari

IU : Quels sont les designers qui vous inspirent ?

Elisabeth Vidal : J’aime le sensible et la légèreté du travail des frères Bourroulec, le caractère intemporel du travail de Jasper Morrison, le travail de la matière de Patricia Urquiola, l’approche radicale, libre et vivante du catalan Marty Guixé, la poésie d’Etorre Sottsass ou d’Achille Castiglioni.

Pour en savoir plus sur Elisabeth Vidal visitez son site.

Vases Izami : réalisés par deux tourneurs des Grands Causses.  Eliane Régimbeau, Atelier Terralhas, à Comprégnac -Philippe Tellier, Atelier du Bois Tourné, les Baumes du Larzac.

Couverts Vidal  : édités en 2011 par la Société Casa Bugatti à Lumezzane, Alpes italiennes.

Cloche à fromage de la collection Bolli aussi éditée par la Société Fratelli Guzzini de Recanati dans les Marches.

Espresso : set à café édité par la Société Fratelli Guzzini a Recanati dans les Marches.